Carlos Castaneda

Carlos Castaneda est un anthropologue connu pour ses ouvrages relatant ses expériences ésotériques issues de l’enseignement d’un chaman Yaqui du nom de Don Juan Matus. Son premier livre, L’Herbe du diable et la petite fumée fut un best-seller controversé écrit lorsqu’il était encore étudiant en anthropologie. Carlos Castaneda devint ensuite le disciple de Don Juan Matus et décrit dans les 11 livres suivants ses expériences extraordinaires. Sa vie reste très mystérieuse de même que sa mort en 1998.

Vous retrouverez ici quelques unes des citations classées par livres, issues des entretiens de Carlos Castaneda avec son mentor don Juan. Don Juan s’adresse directement à Carlos Castaneda pour lui délivrer sa connaissance.

Voyage à Ixtlan:

Pour chacun de tous nos actes nous avons besoin du tempérament d’un guerrier, reprit-il. Sinon on se gauchit et on s’enlaidit. Une vie sans cette sorte de tempérament n’a pas de pouvoir. Regarde un peu ton cas. Tout t’irrite et t’enrage. Tu gémis, tu te plains et tu penses que chacun te fait danser au son de son violon. Tu es une feuille à la merci du vent. Dans ta vie il n’y a pas de pouvoir Quelle horrible sensation ça doit être! Au contraire un guerrier est un chasseur. Il calcule tout. Ça c’est le contrôle. Mais une fois tout calculé, il agit. Il laisse aller. Ça c’est l’abandon. Un guerrier n’est pas une feuille à la merci du vent. Personne ne peut rien lui faire accomplir contre lui-même ou contre son jugement réfléchi. Un guerrier est accordé à sa survie, et il survit au mieux de toutes les manières possibles.


Un guerrier pourrait être blessé, certainement pas froissé, car pour un guerrier il n’y a rien d’offensant dans les actes de ses compagnons aussi longtemps qu’il agit lui-même avec le tempérament adéquat.


Je n’ai aucune histoire personnelle. Un jour, j’ai découvert que ce n’était plus nécessaire pour moi et je l’ai laissé tomber. Si vous n’avez aucune histoire personnelle, aucune explication n’est nécessaire; personne n’est fâché ou désillusionné de vos actes. Et surtout, personne ne vous écrase avec leurs pensées.


La chose à faire quand tu es impatient est de te tourner vers ta gauche et de demander conseil à ta mort. Une immense quantité de futilité est abandonnée si ta mort te fait un geste, ou si tu attrapes un aperçu d’elle, ou si tu as juste le sentiment que ta compagne est là et t’observe. La mort est une sage conseillère que nous avons. Toutes les fois que tu sent, comme tu le fais toujours, que tout tourne mal et que tu es sur le point d’être annihilé, tourne-toi vers ta mort et demande-lui si tel est le cas. Ta mort t’indiquera que tu as tort; que rien n’importe vraiment en dehors de son contact. (Tu) dois demander conseil à la mort et laisser tomber les damnées futilités qui appartiennent aux hommes qui vivent leurs vies comme si la mort ne venait jamais les attraper.


Quand l’homme décide de faire quelque chose, il doit aller jusqu’au bout, mais il doit prendre la responsabilité de ses actes. Peu importe ce qu’il fait, il doit savoir d’abord pourquoi il le fait, et alors il doit poursuivre ses actions sans avoir de doutes ou de remords à leurs sujets.


Assumer la responsabilité de ses décisions signifie qu’on est prêt à mourir pour elles.


Un guerrier assume la responsabilité de ses actes, même pour le plus insignifiant.


Voir:

Tes actions sont pour toi certainement importantes. Mais pour moi, il n’y a pas une seule chose qui soit encore importante, pas plus mes actes que les actes de n’importe qui de mes semblables. Malgré cela, je continue à vivre parce que c’est ma volonté. Parce que j’ai maîtrisé ma volonté toute ma vie pour qu’elle soit claire et parfaite. Et maintenant, il ne m’importe plus que rien ne soit important. Ma volonté contrôle la folie de ma vie.


Une fois que l’homme apprend à voir, il se découvre seul dans le monde avec rien d’autre que de la folie.


“Tes actes, ainsi que, d’une manière générale ceux de tes semblables, te semblent importants parce que tu as appris à penser qu’ils sont importants”.  Il donna au mot « appris » une telle inflexion que je fus obligé de lui demander ce qu’il voulait ainsi exprimer. Il cessa de manipuler ses plantes et me regarda. « Nous apprenons à penser à propos de tout. Et ensuite nous entraînons nos yeux à regarder comme nous pensons aux choses que nous regardons. Nous nous regardons en pensant déjà que nous sommes importants. Par conséquent il faut que nous nous sentions importants ! Mais lorsqu’un homme apprend à voir, il se rend compte qu’il ne peut plus penser aux choses qu’il regarde, et s’il ne peut plus penser à ce qu’il regarde, tout devient sans importance.


Histoires de pouvoir:

Un guerrier accepte son sort, peu importe ce qu’il est, et l’accepte dans une ultime humilité. L’humilité d’un guerrier n’est pas l’humilité d’un mendiant. Le guerrier ne baisse la tête devant personne, mais en même temps, il ne laisse personne baisser la tête devant lui. Le mendiant, d’autre part, tombe sur ses genoux à la baisse d’un chapeau et nettoie le plancher devant n’importe qui il considère être plus haut que lui; mais en même temps, il exige que quelqu’un d’inférieur à lui nettoie le plancher pour lui.


Un guerrier apprend à accorder sa volonté. Et il veut la diriger vers un point donné, pour la focaliser comme il veut, comme si sa volonté, venant de la partie centrale de son corps, est une unique fibre lumineuse, une fibre qu’il peut diriger à n’importe quel endroit imaginable. Cette fibre est la route menant au nagual.


Ne focalise pas ton attention sur des événements passés. Nous pouvons nous souvenir d’eux, mais seulement comme référence.


Nous pouvons voir le tournoiement de la mort autour d’une personne, plaçant ses crochets de plus en plus profondément dans ses fibres lumineuses. Nous pouvons voir les cordes lumineuses perdre leurs tensions et disparaître l’une après l’autre.


Quand un homme ordinaire est prêt, le Pouvoir lui envoie un enseignant.


Un guerrier est entre les mains du Pouvoir, et sa seule liberté est de choisir une vie impeccable.


Il n’y a aucune faille dans la voie du guerrier. Suis-la et personne ne pourra plus critiquer tes actions.


Le point capital de la sorcellerie est le dialogue intérieur; c’est la clef de tout. Quand un guerrier apprend à l’arrêter, tout devient possible; les projets mêmes les plus difficiles à atteindre deviennent possibles.


Sans conscience de la mort, tout est ordinaire, insignifiant. C’est seulement parce que la mort nous traque que le monde est un mystère insondable.


Ce n’est pas suffisant de simplement vouloir marcher le chemin de la connaissance; tes efforts doivent être impeccables pour te rendre digne de cette connaissance.


Un guerrier apprend à accorder sa volonté. Et il veut la diriger vers un point donné, pour la focaliser comme il veut, comme si sa volonté, venant de la partie centrale de son corps, est une unique fibre lumineuse, une fibre qu’il peut diriger à n’importe quel endroit imaginable. Cette fibre est la route menant au nagual.


La force du silence:

La conscience accrue n’est un mystère que pour ta raison. En pratique, c’est une chose très simple. Comme pour tout le reste, nous compliquons les problèmes en essayant de rendre raisonnable l’immensité qui nous entoure.


Quand tu as eu peur ou que tu a été bouleversé, ne t’étend pas sur un lit pour dormir, me dit-il sans me regarder. Dors assis sur un fauteuil moelleux comme je le fais. Il m’avait suggéré une fois, pour doter mon corps d’un repos réparateur, de prendre de longs moments de sommeil, couché sur le ventre, mon visage tourné vers la gauche, et mes pieds dépassant du lit. Pour éviter d’avoir froid, il me recommanda de recouvrir mes épaules d’un oreiller mou, loin de ma nuque, et de porter de grosses chaussettes ou de garder simplement mes chaussures.


La roue du temps:

Ce qu’il nous faut faire pour permettre à la magie de s’emparer de nous c’est chasser les doutes de notre esprit. Une fois que les doutes ont disparus, tout est possible.


Le mystère et la richesse du monde de la vie quotidienne sont inégalables. Et les conditions pour accéder aux merveilles de ce monde sont le détachement, mais également l’amour et le don de soi.


Les potentialités de l’homme sont si grandes et si mystérieuses que les guerriers, plutôt que d’y songer, ont choisi de les explorer, sans espoir de jamais les comprendre.


Pour un sorcier, L’Esprit n’est une abstraction que parce qu’il le connaît sans en parler, ni même y penser. C’est une abstraction parce qu’il ne peut concevoir ce qu’est L’Esprit. Et pourtant, sans la moindre chance ni le moindre désir de le comprendre un jour, un guerrier manipule l’esprit. Il la reconnaît, la manipule, l’entraîne, se familiarise avec lui, et l’exprime à travers ses actes.


Le guerrier doit cultiver le sentiment qu’il dispose absolument de tout pour ce voyage extravagant qu’est sa vie. Ce qui compte pour lui c’est d’être vivant. La vie en elle-même est suffisante, complète, et justifie tout le reste. On peut même dire, sans être présomptueux, que l’expérience suprême est d’être vivant.


Le dialogue intérieur est ce qui maintient les gens dans le monde ordinaire. Le monde est tel ou tel parce que nous nous disons à nous-mêmes qu’il est tel ou tel. Les portes du monde des chamans s’ouvrent une fois que le guerrier a appris à faire taire son dialogue intérieur.


Le pouvoir personnel est une sensation. Comme la sensation d’avoir de la chance. On peut aussi dire que c’est une disposition. Le pouvoir personnel est quelque chose qui s’acquiert tout au long de la vie.


Ce qu’il nous faut faire pour permettre à la magie de s’emparer de nous c’est chasser les doutes de notre esprit. Une fois que les doutes ont disparus, tout est possible.


Carlos Castaneda

En savoir plus sur Carlos Castaneda:

Cette sélection de citations de don Juan rapportées par Carlos Castaneda au fil des ses différents ouvrages alliant chamanisme ou ésotérisme vous a plu ou intrigué? Il est difficile d’avoir des détails précis sur la vie de Castaneda qui malgré sa forte notoriété dans les années 70 est resté très secret. Les livres et les citations de Carlos Castaneda ont fait le tour du monde, vous pourrez trouver quelques informations sur sa vie sur la page Wilkipédia le concernant, ainsi que le site de Cleargreen ou les élèves de Carlos Castaneda prolongent encore aujourd’hui son enseignement.