Poésie d’automne

La bise

Ce sont des feuilles mortes
Disaient les feuilles mortes
Voyant des papillons
S’envoler d’un buisson.
« Ce sont des papillons »,
Disaient les papillons
Voyant des feuilles mortes
Errer de porte en porte.
Mais la bise riait
Qui déjà les chassait
Ensemble vers la mer.

Maurice Carême

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

 

Gare isolée

On allume les lampes.
Un dernier pinson chante.
La gare est émouvante.
En ce soir de septembre.
Elle reste si seule
À l’écart des maisons,
Si seule à regarder
L’étoile du berger
Qui pleure à l’horizon
Entre deux vieux tilleuls.
Parfois un voyageur
S’arrête sur le quai,
Mais si las, si distrait,
Qu’il ne voit ni les lampes,
Ni le pinson qui chante,
Ni l’étoile qui pleure
En ce soir de septembre.
Et la « banlieue » le cueille,
Morne comme le vent
Qui disperse les feuilles
Sur la gare émouvante
Et plus seule qu’avant.

Maurice Carême

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Un arbre

Un arbre tremble sous le vent,
Les volets claquent.
Comme il a plu, l’eau fait des flaques.
Des feuilles volent sous le vent
Qui les disperse
Et, brusquement, il pleut à verse.

Francis Carco

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

L’acacia

Le vent
Passait, pleurant.
L’acacia dit :
Vent d’automne
Au front gris,
Tu t’ennuies :
Je te donne
Mes feuilles.
Prends, cueille
Et va jouer au volant*
Avec ton amie
La pluie.
Le printemps,
En son temps,
M’en fera de plus jolies !

Marie-Magdeleine Carbet

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul Verlaine

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

L’écureuil et la feuille

Un écureuil, sur la bruyère,
Se lave avec de la lumière.
Une feuille morte descend,
Doucement portée par le vent.
Et le vent balance la feuille
Juste au dessus de l’écureuil ;
Le vent attend, pour la poser
Légèrement sur la bruyère,
Que l’écureuil soit remonté
Sur le chêne de la clairière
Où il aime à se balancer
Comme une feuille de lumière.

Maurice Carême

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Jour pluvieux d’automne

Une feuille rousse
Que le vent pousse
Dans le ciel gris-bleu,
L’arbre nu qui tremble
Et dans le bois semble
Un homme frileux,
Une gouttelette
Comme un fléchette
Qui tape au carreau,
Une fleur jaunie
Qui traîne sans vie
Dans la fla
que d’eau,
Sur toutes les choses
Des notes moroses,
Des pleurs, des frissons,
Des pas qui résonnent :
C’est déjà l’automne
qui marche en sifflant sa triste chanson.

Michel Beau

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Sur l’arbre rouge

Sur l’arbre rouge, as-tu vu
Le corbeau noir ?
L’as-tu entendu ?
En claquant du bec, il a dit
Que tout est fini ;
Les fossés sont froids,
La terre est mouillée.
Nous n’irons plus rire et nous cacher,
Dans la bonne chaleur du blé.
Le corbeau noir a dit cela,
En passant,
Dans l’arbre rouge couleur de sang.

Marguerite Burnat-Provins

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Papillons roux

Deux petits papillons roux
tourbillonnent, tourbillonnent
Deux petits papillons roux
tourbillonnent dans l’air doux
et tombe la feuille d’automne.

Louis CODET

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Il pleut

Il pleut
Des feuilles jaunes
Il pleut
Des feuilles rouges.

L’été va s’endormir
Et l’hiver
Va venir
Sur la pointe
De ses souliers
Gelés.

Anne-Marie CHAPOUTON

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

L’automne

On voit tout le temps, en automne,
Quelque chose qui vous étonne,
C’est une branche, tout à coup,
Qui s’effeuille dans votre cou.

C’est un petit arbre tout rouge,
Un, d’une autre couleur encor,
Et puis, partout, ces feuilles d’or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Lucie Delarue-Mardrus

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Automne

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux
Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un cœur que l’on brise
Oh !* l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises.

Guillaume Apollinaire

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Automne malade

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes* aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé

Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé

Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule

Guillaume Apollinaire

[separator style_type= »single » top_margin= »40″ bottom_margin= »40″ sep_color= »#dd9933″ border_size= » » icon= »fa-pagelines » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »]

Chant d’Automne

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J’entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.
Tout l’hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu’un bloc rouge et glacé.
J’écoute en frémissant chaque bûche qui tombe
L’échafaud qu’on bâtit n’a pas d’écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.
II me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu’on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? – C’était hier l’été; voici l’automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

Charles Baudelaire

Retour à la page d’accueil